Le « Bar à Musique » est un comptoir virtuel !

Nous avons rencontré Joël Binet. Ce Parisien de 58 ans travaille dans la communication et rêvait de créer la radio qui corresponde exactement à ses goûts musicaux. Il l’a fait avec le « Bar à Musique », une webradio très « pop électro cool » à écouter cet été en savourant un bon cocktail.

Bonjour Joël, pourquoi as-tu créé le Bar à Musique ? 

Depuis longtemps, je suis « pourvoyeur »  de musique et de playlists pour mon entourage. Et pour mon écoute personnelle, je cherchais depuis longtemps une radio qui corresponde vraiment à mes goûts musicaux, qui sont plutôt éclectiques. Je ne trouvais pas vraiment, donc j’écoutais de multiples radios et playlists de streaming. D’où l’idée de faire une radio où je pourrais à la fois diffuser la musique que j’aime et l’affiner en fonction des goûts et des réactions des auditeurs qui se retrouveraient dans cet univers. Et puis, c’est mon rêve de créer une radio depuis que je suis tout petit !

J’ai fait une première version d’essai fin 2017, qui a duré 9 mois, mais dont l’audience n’était pas assez développée pour continuer. Et j’ai lancé la version 2 début 2019, avec beaucoup plus de savoir et d’assurance !

Sans Radionomy, je pense que je ne me serais pas lancé dans une telle aventure car c’est déjà un apprentissage et beaucoup de temps passé au démarrage sans être sûr du résultat, donc je ne me serais pas lancé sur une plate-forme payante.

Le « Bar à Musique », c’est quoi en fait ? 

C’est l’idée d’un comptoir virtuel, où chacun peut venir trouver et apporter la musique dont il a envie. Et c’est aussi l’évocation d’un bar de plage, l’été, où l’on viendrait passer un bon moment à se détendre. La programmation est pop électro cool. Idéal pour se changer les idées !

Pourquoi avoir choisi ce créneau musical  ?

C’est la musique que j’aime et que j’écoute. Je suis passionné par la pop anglaise et la musique indé. Et mes auditeurs les plus accros me disent que c’est idéal pour les accompagner à différents moments de la journée.

Comment composes-tu la programmation ? 

La programmation est majoritairement anglo-saxonne, de 2000 à nos jours. J’alterne malgré tout quelques touches de français et de titres plus anciens, ainsi que des perles plus rares (japonaises par exemple). Mais le gros de la programmation est constitué de nouveautés 2018 et 2019. J’essaie de donner une couleur pop et légère à la radio. Par exemple, pas plus d’un ou deux morceaux « lents » par heure, peu de rap et de rock. Et enfin, la priorité est donnée aux dernières nouveautés du mois : 3 ou 4 par heure en moyenne + 1 heure le matin et 1 heure l’après-midi.

Peux-tu me citer deux ou trois titres et/ou artistes qui symbolisent le plus ton programme musical ?

Parmi les coups de cœur actuels : Vampire Weekend « This Life », Yaeji « One More » et Max Jury « Sweet Lie », 3 petits bijoux pops et électro super bien ciselés…

Ajoutes-tu souvent de nouveaux titres ? Comment les choisis-tu ?

J’écoute environ 100 à 150 nouveautés par semaine, et j’en sélectionne 10 à 15 pour la radio, ce qui me permet d’avoir un roulement de 50 nouveautés du mois, diffusées plus que la moyenne des autres titres. Elles passent ensuite dans mes autres bacs de programmation, que je renouvelle également.

Comment se passent tes relations avec les auditeurs ?

C’est le principe de la radio. Je suis très à l’écoute des remarques (qui vont au delà du « j’aime/j’aime pas »), comme par exemple des titres qui seraient trop diffusés et qui peuvent lasser, ainsi que des suggestions de titres que je reçois sur la page Facebook ou par mail.

Combien de temps passes tu à gérer ta radio chaque semaine ?

En ce moment, une quinzaine d’heures par semaine, le soir ou le week-end, à la fois pour écouter les nouveautés et pour renouveler l’existant. C’est beaucoup parfois, en plus d’un travail prenant, de la vie de couple et des autres activités !